Energie

Existe-t-il une différence entre l’énergie verte et l’énergie renouvelable ?

Publié le : 13 janvier 2023
Lorsque l’on cherche à consommer une énergie plus écologique, deux termes reviennent souvent : énergie verte et énergie renouvelable. Entre les deux, comment choisir ? Nous allons vous simplifier la tâche : l’énergie verte et l’énergie renouvelable sont synonymes. Parmi les offres d’énergie, il faut cependant être vigilant, car toutes les offres d’énergies dites “propres” (encore un synonyme !) ne se valent pas et n’apportent pas les mêmes garanties.

Définition de l’énergie verte / énergie renouvelable

Les énergies renouvelables sont des énergies produites à partir de phénomènes naturels qui se renouvellent en permanence et rapidement : le vent, le soleil, les marées … Par opposition aux énergies fossiles, qui sont naturelles, mais nécessitent parfois plusieurs millions d’années pour se renouveler. Utiliser de l’énergie verte ou renouvelable limite donc notre impact en épargnant les ressources épuisables de notre planète. Cependant, l’énergie verte apporte en théorie une notion supplémentaire : en plus d’être durable, celle-ci produit une quantité négligeable de polluants. Cette nuance n’a pas d’impact en pratique, puisque, comme l’indique edf, “l’exploitation des énergies renouvelables n’engendre pas ou peu de déchets et d’émissions polluantes”. C’est-à-dire que si, à l’avenir, on découvrait une énergie renouvelable qui soit également polluante, celle-ci ne serait pas considérée comme une énergie verte. Mais aujourd’hui, toutes les énergies renouvelables sont des énergies vertes, et vice-versa.

Les différents types d’énergies vertes/renouvelables

Il existe plusieurs types d’énergies qualifiées de vertes ou renouvelables. Celles-ci sont disponibles en quantité variable. C’est pour cela qu’en 2020, les énergies renouvelables ne représentent encore que 19,1% de la consommation d’énergie en France. Ce chiffre augmente d’année en année, au fur et à mesure que de nouvelles infrastructures sont créées et que les process sont améliorés.

Parmi les méthodes de production de l’énergie verte, on retrouve :

La Biomasse : Il s’agit de la transformation de matières organiques et végétales en source d’énergie. L’exemple de biomasse le plus connu et le plus utilisé est le bois énergie, qui consiste à brûler du bois pour produire de la chaleur.

L’énergie d’origine hydraulique : Cette énergie est générée grâce aux mouvements de l’eau, qui font tourner des turbines et générer de l’électricité. Cette électricité est davantage utilisée sur les côtes, en raison de la déperdition de l’énergie pendant son transport. Des études sont en cours pour limiter cette déperdition lors du transport ou du stockage de l’énergie.

L’énergie éolienne : Générée grâce à l’énergie du vent, sur le même principe de turbines que l’énergie hydraulique.

L’énergie solaire : L’énergie solaire consiste à capter la chaleur émise par le soleil à l’aide de panneaux solaires et à la convertir en électricité. Cette énergie est soumise au climat, et est donc contrainte à la fois par la localisation des installations et par la saisonnalité.

La géothermie : Il s’agit de la captation de la chaleur dans le sol. Cette méthode de production a l’avantage d’être constante tout au long de l’année, car la température à l’intérieur de la Terre est invariable.

Toutes les énergies vertes ci-dessus sont également renouvelables, les deux termes étant, encore une fois, synonymes.

Les niveaux de garantie des contrats d’énergie

Afin d’encourager la création de nouvelles structures de production d’énergie renouvelable, un système de garantie d’origine de l’énergie a été mis en place.

Le système original de certificats d’origine

A l’origine, ce système obligeait les réseaux de transport électrique (RTE) à injecter une certaine quantité d’électricité verte. Cette condition était vérifiée grâce à des certificats sur l’origine de l’électricité. Cependant, les RTE ont cherché des méthodes pour contourner cette obligation, en achetant de l’électricité verte à l’étranger, et en la réinjectant sur le réseau français. Ainsi, il y avait techniquement plus d’énergie verte en France, mais très peu de systèmes de production d’énergie renouvelable ont été créés, car tout se faisait par importation. C’est pour cela qu’en 2021, l’ADEME a créé le label VertVolt, pour encourager la création de nouvelles infrastructures de production d’énergie renouvelable.

Le label VertVolt, pour encourager l’énergie verte locale

Ce qui change avec le label VertVolt, c’est l’ajout d’exigences quant à la provenance des énergies renouvelables et d’un système à deux niveaux.

Pour obtenir le niveau 1 (niveau “engagé”), en plus des certificats d’origine, il faut que l’énergie verte soit achetée à des producteurs basés en France.
Pour le niveau 2 (niveau “très engagé”), il faut que toutes les conditions du niveau 1 soient remplies, mais il faut en plus que 25% de l’énergie renouvelable provienne soit :

  • D’installations mises en service récemment sans aide de l’État
  • D’installations mises en place par des collectivités territoriales avec une gouvernance partagée (c’est-à-dire que le projet est mené conjointement avec un autre acteur, tel qu’un projet citoyen ou une association).

Ce système de niveaux est destiné à encourager la création de nouvelles infrastructures.

Objectif de la France sur les énergies vertes/renouvelables

La France dispose d’un plan sur l’énergie définissant les objectifs sur plusieurs années. Ce plan est appelé Programmation Pluriannuelle Energétique (ou PPE). Selon le PPE, la France avait pour objectif d’atteindre 23% d’énergie renouvelable dans le mix énergétique en 2020. En réalité, les énergies renouvelables ne représentaient que 14% du mix énergétique en 2020, et 19,1% en 2022. L’objectif à l’horizon 2030 est d’atteindre 33%, afin de faire mieux que l’objectif européen qui est de 32%. Selon le site du gouvernement, nous devrions aller au-delà de cet objectif. En effet, le gouvernement prédit que d’ici 2030, 40% de la production d’électricité sera issue des énergies renouvelables. Vous savez maintenant qu’il n’y a pas de différence entre l’énergie verte et l’énergie renouvelable. Vous souhaitez vous faire accompagner dans la négociation de votre contrat d’énergie ? Contactez Dametis, pour maîtriser le prix et l’origine de votre énergie.