Feuille de route pour le zéro carbone

L’équation de Kaya

kaya-lettres-dametis

Réduire l’intensité énergétique et carbonique

CO2

Les émissions mondiales de CO2 liées à la consommation d’énergies fossiles évoluent selon quatre taux de croissance :

P

l’évolution de la population mondiale. 

S

l’évolution du PIB mondial/ habitant. 

E

l’évolution de l’intensité énergétique (ratio consommation énergétique / PIB) 

C

l’évolution de l’intensité carbonique de l’énergie. 

Si nous voulons donner à chaque humain la possibilité d’accéder à un niveau de vie équivalent à celui des pays les plus développés, l’équation de Kaya invite à travailler sur l’intensité énergétique (le facteur E) et l’intensité carbonique de l’énergie (le facteur C).

“Minimum énergétique atteignable”

Toute transformation a besoin d’énergie. Il n’est donc pas possible de réduire l’intensité énergétique à 0. Pour chaque métier, il existe un facteur E minimum. Ce que nous appelons chez Dametis le « Minimum énergétique atteignable » (MEA) : pour l’atteindre, nous virtualisons vos usines et définissons l’usine idéale virtuelle, métier par métier.

De 1990 à 2017 à l’échelle mondiale, l’intensité énergétique a baissé d’environ 35%, passant de 0,190 à 0,123 tonne équivalent pétrole (tep) par millier de dollar US (parité de pouvoir d’achat), avec de fortes disparités géographiques. Grâce aux progrès technologiques, la marge de progression est encore immense.

IEA

E
C

L’économie au service de l’environnement

Pour rappel, le coût environnemental d’un produit fini dépend de l’énergie nécessaire à la transformation – aspect sur lequel travaille Dametis – mais aussi des matières premières utilisées et de l’ensemble du cycle de vie. Nous considérons que l’économie doit être au service de l’environnement, et c’est cette économie environnementale qui doit amener les fournisseurs et autres acteurs de la chaîne de valeur à proposer des solutions décarbonées.

 «Il y a de nombreuses combinaisons possibles des quatre composantes de l’identité de Kaya… mais les deux facteurs axés sur la technologie, l’intensité énergétique et carbonique, vont devoir assumer le rôle principal.»

Le GIEC, 2007

Décarbonation des énergies

Pour que l’impact environnemental d’un site industriel soit nul, il faut que l’un des facteurs soit égal à 0. Seule l’intensité carbonique (facteur C) peut être réduite à 0. Cette réduction peut s’obtenir grâce à la décentralisation de la production énergétique, au développement des énergies renouvelables et à l’essor des systèmes d’information qui permettent l’équilibre de ce nouveau système énergétique. Elle implique des investissements importants et dépend des cadres réglementaires de chaque pays. 

Réduire l’intensité carbonique n’est judicieux que lorsque l’intensité énergétique a été optimisée au maximum : il est inutile de dimensionner un système énergétique sur la base d’une consommation qui doit être revue à la baisse.

Population

L’usine zéro carbone énergétique se façonne en 5 étapes successives

La théorie des Lego

Comparer n’importe quelles usines entre elles pour aller vers le zéro carbone énergétique – c’est possible. Une usine ainsi que ses utilités et process peut être découpée en blocs standardisables et comparables à ceux d’autres usines. Chaque bloc (producteur et/ou consommateur) est modélisé et se voit attribuer un score d’efficacité énergétique par rapport à un bloc idéal virtuel équivalent.

Autrement dit : si nous donnons un ensemble de Lego à deux enfants, il est peu probable que ceux-ci construisent la même chose. Pourtant, les “briques” de base utilisées sont les mêmes. Même logique dans l’industrie : il n’existe pas deux usines strictement identiques, mais elles sont toutes composées d’éléments que nous retrouvons d’une usine à l’autre. Ces éléments, que nous appelons “blocs”, sont modélisables et comparables.

Pour établir une cartographie complète, les blocs peuvent se diviser en sous-blocs, et ainsi de suite. Chaque bloc étant comparable au bloc virtuel idéal. Cette méthodologie permet de standardiser le scoring de la performance énergétique et environnementale.

 Exemple : un moteur en application pompage sur de l’eau peut être modélisé et comparé alors que dans l’usine A il permet de faire circuler de l’eau de refroidissement et que dans l’usine B il permet de nettoyer les machines avec de l’eau chaude sanitaire.