Les alternatives au gaz russe en France

Avec la guerre, l’utilisation du gaz russe amène à des questions à la fois logistiques et éthiques. Rappelons qu’en 2020, la Russie était le deuxième producteur mondial de gaz naturel après les Etats-Unis avec 24,84 Ej (exajoule), mais aussi le premier exportateur.

Anticipez, échangez avec Dametis sur votre projet de transition !

 

L’utilisation du gaz russe en France

En Europe en 2020, 44% du gaz importé provenait de Russie. Certains pays en sont dépendants à 100%, c’est le cas de la Macédoine et de la Finlande (94%). En France, si le gaz Russe représente 24% de la consommation de gaz, une coupure totale de cette source d’approvisionnement engendrerait de nombreuses questions logistiques et éthiques. C’est pourquoi la recherche d’alternatives est un sujet omniprésent depuis le début de la guerre. 

En effet, si l’ensemble des pays européens consommant du gaz russe devait trouver une solution pour consommer différemment, la demande ne pourrait pas être absorbée par les seuls producteurs européens qui sont l’Ukraine, la Norvège, le Royaume-Uni, les Pays-bas, et la Roumanie et dont la production maximale atteint 4,1 Ej en Norvège. 

Pourquoi trouver des alternatives au gaz Russe en France ?

Dans ce contexte, on comprend mieux pourquoi la question des alternatives se pose alors même que le prix du gaz continue d’augmenter. Par ailleurs, si aujourd’hui, aucun français ne s’est vu privé de gaz à proprement parler, la guerre s’éternise et a des répercussions sur de nombreux éléments de notre quotidien. Alors, le gouvernement et les géants français de l’énergie s’interrogent :

  • D’un point de vue logistique, il faut considérer que l’entreprise ukrainienne Naftogaz, permet à Gazprom, le géant gazier Russe de faire transiter ⅓ de son gaz vers l’Europe. A l’instant t, un équilibre plus que précaire permet aux deux entreprises de continuer à collaborer pour préserver l’économie des deux pays, mais dans des conditions qui défient l’entendement et qui risquent d’être compromises dans les mois à venir. A noter que les revenus générés de chaque côté de cette collaboration permettent, de part et d’autre, de financer la guerre. C’est en cela que la question éthique se pose, et plus que jamais, pour l’Europe, de rompre cette dépendance.
  • D’un point de vue politique, Moscou joue évidemment de cette situation puisque depuis juin 2022, on enregistre des baisses des livraisons de gaz Russe dans toute l’Europe. L’entreprise Gazprom est accusée par de nombreux pays de faire monter les prix du gaz en réduisant ses livraisons, prétextant des opérations de maintenance.

Quelles alternatives au gaz Russe en France ?

Revenons en France. Parmi les alternatives possibles, rien n’est réinventé. La France mise sur ses infrastructures existantes. Mais parmi elles, toutes ne font pas l’unanimité. 

Les énergies déjà utilisées

Le gouvernement a en effet annoncé la remise en service possible de la centrale à charbon de Saint-Avold, qui avait vu ses portes fermer en mars 2022. Si, face à la crise en Ukraine, cette solution reste une sortie de secours pour répondre à la demande d’énergie l’hiver prochain, elle reste malgré tout largement controversée dans un contexte où la transition énergétique est plus qu’urgente.

Les alternatives envisagées

Si nos voisins européens proches ne sont pas des producteurs de gaz, certains pourraient cependant devenir des maillons importants en matière de transport de gaz. C’est le cas de l’Espagne, qui réceptionne dans ses ports quantités de GNL (Gaz Naturel Liquifié) issu des Etats-Unis, mais aussi de plusieurs pays africains. Seule ombre au tableau, et elle est de taille : pour faire passer le gaz d’un pays à l’autre, les infrastructures existantes n’ont pas les reins suffisamment solides pour répondre à la demande française. Il faudrait alors relancer un chantier, celui de la construction d’un gazoduc important, le MidCat, aujourd’hui inachevé pour des raisons financières.

Les énergies Hors Gaz en France

Du côté des énergies renouvelables, en France,d’ici 2030, l’objectif est d’atteindre 40%. Aujourd’hui, ce sont 20% seulement de ces ressources qui sont utilisées. Avec cet objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre, on pourrait considérer qu’une grande partie de la dépendance russe pourrait être comblée. Cependant, “Paris ne s’est pas faite en un jour” : et il faudrait un coup d’accélérateur considérable pour doubler cette production en un temps record.

Le saviez-vous ? Certains pays sont sur la route de l’auto suffisance en énergie grâce aux énergies renouvelables. Pour l’anecdote, en avril, c’est bien la Californie qui a réussi à produire 100% de son électricité grâce aux enr et ce pendant … 15 minutes ! Ce petit exploit a pu être réalisé grâce au solaire, pour les ⅔ fournis, et à l’éolien. Les chiffres précédemment énoncés nous prouvent que le chemin est encore long.

Les alternatives au gaz Russe en France, un impact sur le prix de l’énergie ?

Contrairement à l’idée reçue selon laquelle la guerre en Ukraine aurait été la cause première de l’augmentation des prix du gaz date d’avant la guerre en Ukraine, les tarifs avaient déjà commencé à augmenter pendant la pandémie Covid, lorsque toutes les industries se sont remises en route, en quête du chiffre d’affaires non gagné durant ces mois au ralenti.

Cependant, oui, aujourd’hui, le gaz naturel représente 23% de l’énergie consommée en Europe, dont 10% de gaz russe. Toutes les industries et grands acteurs risquent donc de se tourner tous, plus ou moins en même temps vers des alternatives, ce qui risque effectivement d’avoir pour conséquence l’augmentation globale du prix des énergies.

 

Dametis vous accompagne pour trouver des alternatives au gaz Russe pour votre entreprise !

Vous souhaitez anticiper une transition totale ou partielle ? L’équipe Dametis vous accompagne pour vous permettre de conserver votre productivité et de mettre en oeuvre des solutions efficientes sans multiplier de façon exponentielle vos coûts.